Ma philosophie

LA GUÉRISON PAR LA JOIE
Qu’est ce qui nous empêche de guérir ?
La Palisse répondrait « rester malade ».
Mais pourquoi reste t on malade, alors que nous désirons, en conscience, être en bonne santé, et vivre une vie normale ?

 

Dans notre monde, les comportements combatifs sont rois !
Ces attitudes sont utiles à un moment donné de notre vie. (Par exemple, lors d’un diagnostic qui nous bouleverse, et nous jette dans l’inconnu le plus total, le plus affolant).
Lorsqu’a ces combats ne succèdent pas des temps de récupération et de repos, le stress s’installe : il atteint parfois des sommets insupportables pour notre cerveau, la détresse prend alors le pas, vécue dans l’impuissance, l’isolement, avec la sensation profonde de ne plus être à la hauteur. Nous nous enfermons sur le plan émotionnel et biologique.

Notre cerveau, qui est la structure la plus complexe de l’univers, coupe nos émotions de nos racines profondes, et nous nous coupons de notre joie intérieure.
Nous ne prenons plus soin de nous-même, alors que nous avons un besoin vital de la joie pour vivre.
Nous dépensons notre énergie à survivre en cherchant des moments de plaisirs dans des comportements non adéquats : les dépendances qui nous apportent des joies artificielles, la nourriture, la boulimie au travail avec son illusion de reconnaissance…
En réponse à tous ces désordres, notre cerveau fait basculer notre corps d’état de santé à celui de maladie.
La maladie peut être alors physique ou psychologique.
Pour enrayer cette situation, nous avons tous les outils mis à disposition par la médecine allopathique.
Mais avons-nous pris conscience de la source de notre souffrance ? Quand est-il de l’absence de joie et des désordres énergétiques associés ?
Pour la médecine chinoise, santé égale circulation ! L’énergie circule, alors nous sommes en bonne santé.
Je vous invite pour mettre en place des mécanismes naturels de retour à la santé, de vous procurer des moments de grande détente : la gymnastique douce, le tai-chi, le yoga, la musique, les promenades dans la nature, le développement personnel, la méditation, les visualisations….
Nous provoquons ainsi des mécanismes d’auto guérison, en trouvant en soi les moyens de stimuler son rapport avec la joie, l’amour.
La joie, qui est un état naturel, brise toutes les limites, elle adoucit toutes les rigueurs.
Elle permet d’utiliser les défis de la vie pour nous construire. Nous utilisons toute notre énergie, non plus à survivre, mais à faire de nos forces intérieures, une bénédiction envers nous-même.
Nous devenons acteurs de notre existence, et prenons conscience de notre esprit qui est notre gouvernail intérieur.
Alors seulement nos pensées et nos émotions s’unissent à nos racines profondes, pour  permettre à la joie d’émerger et de nous inonder de tous ses bienfaits.
Je nous souhaite d’être le Capitaine de notre bateau dans la bienveillance, et le bonheur d’être enfin soi, en bonne santé.